Logo-codaam

  

 









CODAAM  Association des usagers de l’Aérodrome d’Aix les Milles

Aérodrome des Milles Chemin de la Badesse 13290 LES MILLES

Info@codaam.fr

 

 

1908-2008 : 100 ans d'Aviation en Provence

 

 

 

Le Centenaire de l’Aviation en Provence est une manifestation organisée conjointement par le CODAAM (Association regroupant tous les utilisateurs de l’aérodrome : associations de pilotes et de parachutistes, propriétaires d’avions, entreprises implantées sur l’aérodrome, ...) , et l’ACAM (Aéroclub d’Aix et de Marseille.

 

Cette  manifestation se déroulera les Samedi 11 et Dimanche 12 Octobre 2008

A :

Aérodrome d’Aix les Milles

Chemin de la Badesse, 13290 Les Milles

 

Il y aura notamment :

 

-          Une Exposition de peintures historiques et peinture de l’air

-          Une exposition de sculptures

-          Des Baptêmes de l’air les samedi et le dimanche

-          Un Fly’In le samedi

-          Un petit-déjeuner « hors lit » , le Dimanche matin (activité réservée aux pilotes de l’aérodrome et de tout aéroclub souhaitant y participer)

 

Venez nombreux !!!


 

 

Un Aérodrome à Aix Les MILLES : Une chance pour notre Ville et notre Région !

 

 

IL ETAIT UNE FOIS …..

 

1908, quelques pionniers de l’aviation créaient l’Aéroclub de Provence alors que l’aéroport de Marignane n’était inauguré qu’en 1922.L’Aviation de l’époque restait une curiosité réservée à quelques initiés, véritables pionniers dans ce qui relevait plus de l’aventure que de la discipline.

Les véritables lettres de noblesse du terrain d’Aviation des Milles lui furent apportées par…. la guerre. Les militaires firent de ce  « Champ d’aviation » (1946) un « aérodrome » avec piste en dur, structure de contrôle, bâtiments, bref la BA 114 était née. (Voir photos)

 En 1999, dans le cadre du plan « Armée 2000 » l’Etat décidait de regrouper ses moyens et le Ministère de la Défense a remis les clés de sa base au nouveau représentant de l’Etat, la Direction Générale de L’Aviation Civile. Cependant l’administration, tant militaire que civile eut la sagesse de « réserver » un espace à l’aviation dite légère et d’affaire, classifiée en terme de réglementation aéronautique sous le label – Aviation GENERALE -.regroupant tout ce qui n’est pas militaire et/ou commercial.

Cet aérodrome « joyau de 130 hectares », récemment rendu à la vie civile, magnifiquement situé, au cœur du pôle technologique et commercial de la ZI des Milles et de L’Arbois, à 10 minutes, d’Aix en Provence, de la gare du TGV, 20 minutes de Marseille, le tout desservi par des accès autoroutiers est l’objet de formidables enjeux commerciaux. Dés lors certains détracteurs faisant feu de tout bois,ont essayé de militer pour la réaffectation de ce site.

Depuis l’année 2000, le terrain est en mutation vers une plate-forme qui veut s’ouvrir sur l’extérieur avec une nouvelle mission.

Au cours de l’été 2005, le terrain d’Aix les Milles a été sélectionné pour faire partie des grands systèmes aéroportuaires français. Il ne sera donc pas délocalisé au profit des collectivités territoriales.

Sa nouvelle mission est de conserver sa vocation de terrain d’Aviation générale (aviation légère et sportive) et ouvert à l’Aviation d’affaires. De plus, sa surface lui permet d’accueillir également au sol de nouvelles entreprises à caractère aéronautique ou de services .

Marseille Provence, à Marignane continuera d’accueillir le transport aérien (vols commerciaux).

 

 

 

 

VOLER : le vieux mythe d’Icare, c’est le rêve de tous. Il suffit de voir le regard de tous ces jeunes, enfants, adolescents, ( et plus grands ) lorsqu’ils viennent partager quelques instants avec nous.

 Une motivation forte est nécessaire à l’acquisition de cette discipline. C’est une école de modestie et de remise en cause de ses acquis. Toute la formation est axée vers la sécurité, maître mot de toute activité aéronautique. Elles débouchent aussi vers des activités induites, véritables métiers : contrôleur de la circulation aérienne, contrôleur d’aérodrome, maintenance mécanique, électromécanique, constructions d’aéronefs, documentaliste, etc.

De plus, de nombreuses activités industrielles et commerciales résultent directement de l’implantation d’un aérodrome, à commencer par la restauration, l’hébergement, les transports ( terrestres ), le tout induisant des retombées économiques concourant à l’enrichissement de la région et par voie de conséquence à la valorisation des actifs de chacun.

 

Les disciplines aéronautiques sont nombreuses et très diversifiées : parachutisme, aéromodélisme, le pilotage lui même recouvrant, le vol à voile, le vol loisir promenade, la voltige, la montagne, les voyages, l’humanitaire et pour ceux qui veulent en faire carrière, les écoles professionnelles vers « La Ligne » ou le « Militaire »

Nos aéroclubs offrent, en parallèle à la voie plus élitiste des concours, la possibilité à des jeunes – et moins jeunes –. d’accéder à cette discipline. Plus de 80% des pilotes professionnels, civils ou militaires, ont reçu leur première formation dans nos aéroclubs. Ils sont ouverts à tous, sans restriction, pour permettre l’accès au plus grand nombre, véritable révélateur de vocations professionnelles. D’ailleurs nos anciens nous le rendent bien, car, carrière faite, ils reviennent dans nos clubs comme instructeurs bénévoles pour dispenser à nos jeunes l’instruction et leur ouvrir « La Carrière »

Cette discipline, qui reste encore à ce jour une activité chère, n’est pas, comme certains de nos détracteurs le disent, « réservée aux riches ». Nous ne serions pas si nombreux et ne formerions pas chaque année autant de jeunes.

 

BIA à développer

Le « Brevet d’Initiation Aéronautique », diplôme d’état, délivré conjointement par les Recteurs d’Académie et les représentants du Ministère des transports – DGAC – est offert aux jeunes, filles et garçons, à partir de 13 ans.

Il est la première étape vers la carrière aéronautique. L’acquisition du « BIA » permet d’obtenir une bourse de la Fédération Nationale Aéronautique – FNA – constituant une aide significative pour la préparation du brevet de base de pilote avion.

Les aéroclubs y participent activement en dispensant des cours et des vols d’initiation.

 

 

La SECURITE

 

La sécurité d’un aérodrome résulte de la mise en place de structures, de procédures et de qualifications du personnel qui l’exploite

Les structures.

La plate-forme d’Aix les Milles est en terme aéronautique : «  Un Aérodrome contrôlé  », ce qui implique la présence d’une tour de contrôle qui assure la régulation du trafic et contribue à la sécurité autour de l’aérodrome.

Les procédures.

Aux abords d’un aérodrome

Les procédures de décollage, de survol, d’approche et d’atterrissage sont définies par la DGAC, avec comme premier soucis la sécurité du trafic et le respect des riverains.(Cartes d’approches et d’aérodrome, règles de l’air)

En route

L’ espace aérien est parfaitement « quadrillé », réparti en zones, permettant de différencier la nature des contrôles et des services rendus par les organismes de contrôle ( qui dépendent directement de la DGAC ). Les pilotes doivent respecter les consignes spécifiques à chacune de ces zones ( altitude, cheminement). Ils sont sous le contrôle radar de ces organismes, qui conservent en archives la trace des conversations, trajectoires, altitudes de tout aéronef.

Tout contrevenant est immédiatement sanctionné avec le risque de perdre sa licence !

 

LA FORMATION des PILOTES

« Plus de fous volants , reste les fous du volant …mais ceux-là , ils ne volent pas, ils roulent. »

Tout candidat pilote doit suivre une formation dans une école dont le programme a été agréé par la DGAC. Au-delà de la formation technique l’école de pilotage développe le sens des responsabilités, de la décision, forge les caractères et incline à la modestie par une remise en cause permanente de ses acquis

 

A l’issue de cette formation, et après avoir réussi un examen théorique, l’école peut présenter son élève à un test en vol. Un « testeur examinateur » désigné par la DGAC va définir le vol au cours duquel les connaissances du pilote candidat seront contrôlées. L’épreuve étant réussie permet la délivrance d’un Brevet et d’une licence de Pilote Avion.

LES CONTROLES

Pour les pilotes et équipages

Les pilotes doivent pouvoir en permanence justifier de leur capacité et sont soumis, tous les ans à des contrôles réglementaires.

o   Aptitude physique et mentale : visite médicale.

Tous les ans tout pilote doit, sous peine de perdre sa licence, passer une visite médicale.

Cette visite doit être faite par un médecin spécialisé et agréé par la DGAC.

o   Aptitude technique : validité des licences.

A l’inverse du permis de conduire qui est acquis à vie, la licence d’un pilote avion n’est valable qu’un an. En conséquence tout pilote doit proroger sa licence, pour les douze mois à venir, par un contrôle en vol fait par un examinateur agréé par la DGAC.

o   Contrôles internes

Au delà de ce formalisme réglementaire, il est de notoriété aéronautique que chaque exploitant, compagnie aériennes de transport public, compagnie de taxi aérien, écoles de pilotage, aéroclub etc. a un Règlement Intérieur qui ajoutent à la rigueur de la réglementation.

 Pour les avions

.La maintenance d’un aéronef est soumise à des règles très strictes.

Tout aéronef (avions), pour voler, doit avoir un « certificat de navigabilité » en cours de validité. Ce document délivré par la DGAC. est validé par un atelier de maintenance agréé par elle.

La maintenance comporte la programmation de visites obligatoires en fonction des heures de vol de l’appareil et de son âge ! Les éléments sensibles, comme le moteur , l’hélice, sont limités en potentiel obligeant leur remplacement systématique

 

 

Toutes les statistiques prouvent l’efficacité de ces procédures.

 

La sécurité est à ce prix

 

En 50 ans d’exploitation et d’usage , l’Aérodrome d’Aix les MILLES n’a déploré qu’un accident grave sur plus de 3 000 000 de mouvements.

 

 

Urbanisation

Nous complétons notre dossier par des vues aériennes du site de l’aérodrome des Milles sur une période de 60 ans.

 

 

 

De 1946 à Aujourd’hui : Sans commentaires !

 

Aux bords de l’ARC, AIX les Milles , Un refuge pour la Faune et  la Flore.

Un aérodrome est, en terme d’écologie, un véritable refuge pour toute une faune obligée de fuir les grandes villes et leur pollution. Même les campagnes envahies par un habitat diffus n’offrent plus la quiétude nécessaire. Les oiseaux, particulièrement sensibles à la pollution et au bruit trouvent cependant dans ces grands espaces que constituent nos aérodromes « la tranquillité pour y nicher ». C’est ainsi que sur notre terrain des Milles nous pouvons admirer, entre autre, un superbe couple de hérons cendrés qui a élu domicile à l’extrémité nord de la piste au bord de l’Arc.

De nombreuses espèces protégées y nichent, beaucoup de compagnies de perdreaux et faisans s’y promènent. Quant aux lapins….

Nous ne pouvons néanmoins méconnaître « le bruit », nuisance sonore inhérente à cette activité, auquel certains riverains, ayant construit leur habitation dans le circuit de piste sont particulièrement sensibles.

Le CODAAM est très attentif à ce problème et s’investit énormément, sous la houlette bienveillante des pouvoirs publics, dans l’établissement d’une Charte de bonne conduite qui est actuellement en voie de finalisation  avec les riverains.

 L’O.A.C.I encourage les Etats à appliquer des politiques de planification et de gestion de l’utilisation des terrains pour limiter l’empiétement de constructions incompatibles sur des zones sensibles aux bruits.

A Aix les Milles, dans le cadre du Plan d’Exposition au Bruit – PEB, cette planification existe et désormais anticipe l’urbanisation diffuse au voisinage de l’aérodrome, ainsi que de l’aménagement du site respectueux de l’environnement. Le Nouveau PEB  vient d’être voté en Commission Consultative de l’Environnement.(juin 2006).

 

LE C.O.D.A.A.M

Comité de Développement de l’Aérodrome d’Aix les Milles

Dès 1974,

les usagers de l’aérodrome d’Aix les Milles se sont regroupés en association type 1901

La première association s’appelait :

 « Association pour la Défense des Usagers du Terrain Aix les Milles – ADUT »

Parution au J.O du 6 Janvier 1974

L’objet de cette association est :

« La défense en général et dans tous domaines des droits des usagers du terrain, vis à vis de quelques personnes que ce soit ( morales ou physiques ) qui pourraient directement ou indirectement porter entrave à l’exercice de ces droits »

Et bien entendu et surtout PROTEGER la LIBERTE de VOLER

En 1981

Sous l’impulsion de son président Monsieur Bernard DUCHIER LAPEYRE, cette association décidait d’étendre son « objet » au développement de l’Aérodrome d’Aix les Milles, et prenait alors le nom de :

« Comité de Développement de l’Aérodrome d’Aix les Milles – CODAAM »

Parution au J.O du 5 Juillet 1981

 

Son ORGANISATION :

 

Association Loi 1901

 

Election chaque année en Assemblée Générale d’un Comité Directeur de 7 personnes représentant toutes les sensibilités que l’on trouve sur la plate-forme.

(Associations, Propriétaires d’avions privés,parachutistes,chefs d’entreprise…)

 Le Comité Directeur élit à son tour un Président qui fixe la feuille de route de l’année-programme.

Experts dans leurs domaines, ils contribuent , en fonction de leurs compétences et de leur disponibilité aux missions du CODAAM.

Les usagers de l’aérodrome deviennent Membre en versant une cotisation annuelle.

 

Que représente le CODAAM ?

Notre association représente tous les USAGERS PERMANENTS de la plate-forme, pilotes, élèves pilotes, instructeurs, parachutistes, aéromodélistes, intervenant à titre individuel ou en tant que membres d’un club, d’une association, d’une école de pilotage associative ou privée, ainsi que tous les acteurs économiques ayant une activité découlant directement ou indirectement de l’aéronautique : ateliers de mécanique, de maintenance électromécanique, de contrôle, activités humanitaires ou caritatives, ludiques ou de restauration, bref tous les intervenants directement associés à la vie de notre plate-forme.

 

Notre association représente tous les USAGERS de la plate-forme intervenant à titre individuel ou en tant que membres d’un club, d’une association, d’une école associative ou privée, activités humanitaires ludiques ou caritatives, ainsi que tous les acteurs économiques constituant le tissu industriel directement ou indirectement bénéficiaire des activités de la plate-forme aéroportuaire d’Aix les Milles

Le CODAAM regroupe et représente à ce jour plus de 35 organisations directement implantées sur le site :

 

o   20 entreprises

o   11 associations dont plusieurs à caractère sportif ( aéroclub, parachutisme, aéromodélisme humanitaire, etc.)

o   7 écoles de pilotage (5 avions, 1 hélicoptère, 1 ULM)

o   1 école de formation de pilotes professionnels

o   7 Sociétés exploitant des aéronefs à titre professionnel

o   1 siège social de Compagnie aérienne

o   3 sociétés de maintenance

o   3 sociétés de travail aérien

o   1 Constructeur d’Hélicoptère

o   1 Ecole Nationale Supérieure d’Officiers Sapeurs Pompiers (1500 Elèves Officiers à terme)

o   4 Grands Services de soutien et de Sécurité (DGAC, SSBA, Groupement de Gendarmerie du Transport Aérien, Police de L’Air)

o   1 Restaurant

o   1 Boutique du Pilote

 

regroupant plus de 1000 personnes ( certains clubs comptent plus de 100 adhérents - 300 pour le plus gros - )

 

En terme de chiffres

Environ 1000 pilotes de tous horizons (civils, privés, institutionnels, militaires) effectuent 50 000 mouvements par an.

Les usagers permanents de la plate-forme représentent 250 emplois directs et 500 emplois indirects pour un chiffre d’affaires global de 30 000 000 €

 

Ses Objectifs

 

Le CODAAM souhaite :

> ouvrir l’aérodrome d’Aix les Milles à la société civile et au public.

> Prévoir des aménagements permettant un accès direct,

> Prévoir et organiser des espaces réservés aux familles

> Permettre des implantations ludiques et de détentes

L’aviation Générale se voulant ouverte au public.

Le CODAAM se veut « force de proposition » avec toutes les organisations politiques, administratives, économiques et souhaite harmoniser les activités de la plate-forme de l’aérodrome d’Aix les Milles dans le respect de son environnement.

C’est dans cet esprit que nous nous sommes rapprochés de la Communauté du Pays d’Aix –C.P.A -,de la Direction Générale de l’Aviation Civile,de la Chambre de Commerce d’Aix-Marseille, et des organisations de Riverains pour connaître leurs objectifs, prérogatives et intervenants, et en relation avec les services concernés, apporter notre collaboration au statut de cette plate-forme.

Le Pôle ITER et les 2 communautés de commune de la région ont encore plus besoin de cet équipement pour le futur.

 

L’Aérodrome d’Aix les Milles est une chance pour Aix en Provence et la Région

 

> au cœur du pôle technologique et commercial de la ZI des Milles

> à 10 minutes de : d’Aix en Provence

de la gare du TGV

de la technopôle de l’Arbois

> à 20 minutes de : Marseille

le tout desservi par des accès autoroutiers directes.

Impact économique

Une plate-forme d’aviation d’affaires de qualité constitue un atout essentiel pour le développement de la région :

L’impact économique d’un aéroport se définit par :

o   l’ensemble des emplois et des flux monétaires générés directement par l’activité aéroportuaire et réinjectés dans l’économie locale

o   l’ouverture économique ainsi donnée à son environnement, favorisant l’implantation d’entreprises internationales de haute technologie à forte valeur ajoutée.

L’aérodrome des Milles par ses infrastructures, présente une capacité d’accueil (masquée jusqu’à présent par la destination militaire du terrain ) particulièrement intéressante compte tenu de l’essor de zones tertiaires dans son proche environnement :  Technopôle de la Duranne, de l’Arbois

 

Implantation d’industries aéronautiques sur site même avec « Hélicoptère GUIMBAL » en relation avec Eurocopter pour la fabrication du « Cabri »  ( hélicoptère léger le plus silencieux au monde, deux à trois fois moins de bruit qu’un avion léger moyen )

Cette capacité d’accueil peut également être décisive pour l’implantation de projets internationaux – Projet ITER -

En terme d’emploi

Aujourd’hui à 250 emplois directs et environ 500 emplois induits

A terme        à 450 emplois directs et environ 800 emplois induits

En terme économique

Aujourd’hui à Environ 30 Millions d’Euros

A terme        à 120 à 150 Millions d’Euros

Cette activité se redistribuant – outre la masse salariale –

o   En investissements sur site

o   En consommation locale

o   En contributions d’imposition locale taxe professionnelle, foncière,  : 0,8 à 1 Million Euros/an, sans compter les retombées pour l’état à travers la TVA et l’impôt sur les sociétés

En outre il lui faut intégrer les retombées indirectes dans l’économie locale, sachant qu’un « visiteur » dépense environ 250 à 300 Euros par jour.

Globalement on peut estimer les retombées économiques indirectes dans la région Aixoise à environ 50 Millions d’Euros par an.

 

La situation actuelle, notamment dans le cadre de l’Europe, confère aux pouvoirs politiques la responsabilité de mettre à la disposition des générations futures un « outil d’ouverture et de communication » contribuant au développement économique de notre région.